TRAIN RENTRANT POUR PLANEUR RETOUR ACCUEIL

Ce train rentrant, amorti par quatre ressorts, reçoit une roue pleine de 115 mm de diamètre et a été conçu pour équiper deux planeurs de 4,20 m d'envergure (un Discus 2b et un Pégase) pesant chacun aux alentours de 8 kg. La cinématique intègre un verrouillage dans les positions "train rentré" et "train sorti" de telle sorte que le servo ne fournit que l'effort nécessaire au passage de l'une de ces positions à l'autre. Le poids de la roue est compensé par un cinquième ressort qui minimise ces efforts de déplacement et offre l'avantage de pouvoir utiliser un simple servo standard (Futaba s3003 par exemple).


LA CONCEPTION

Il aura fallu concevoir et réaliser plusieurs prototypes pour tester la résistance aux efforts exercés par le sol durant la phase d'atterrissage et le servo durant les phases de rentré et de sortie de train, avant d'arriver à une solution satisfaisante, légère et compacte.

La solution retenue est modélisée ici (sans les vis de fixation et sans le ressort de compensation)

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...

Après modélisation, les pièces sont mises en plan et exportées en DXF pour pouvoir être usinées sur la fraiseuse à commande numérique.


L'USINAGE

Les pièces sont réalisées dans deux plaques de duraluminium (AU4G) de 250 x 175 x 2mm et 130 x 65 x 1,5 mm sur lesquelles elles ont été disposées de sorte à minimiser les pertes. Pour info, on en trouve chez TopModel ou chez Copaéro.

L'outil employé est une fraise 2 tailles en carbure de 2 mm de diamètre. Les paramètres de coupe sont les suivants :

- vitesse de rotation de la broche : 13500 tr/mn
- vitesse d'avance : 5 mm/s
- profondeur de passe maximale : 0,2 mm

Les plaques sont tout simplement maintenues sur le martyr grâce à de l'adhésif double face. Compte tenu de la faible vitesse d'avance et de la faible profondeur de passe, les efforts de coupes sont faibles et autorisent la découpe de petites pièces sans décollement, comme en témoignent les photos.

En revanche, pas moins de quatres heures seront nécessaires à l'usinage des deux plaques. On n'est pas non plus obligé de rester quatre heures en admiration devant la machine, mais il vaut mieux ne pas trop s'en éloigner, au cas où.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
La plaque de 150 x 75 x 2 mm

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
La plaque de 130 x 65 x 1,5 mm

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
Echantillon de petites pièces obtenues

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
Ce qu'il reste de la première plaque après usinage



L'ASSEMBLAGE

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
Le train assemblé en position "sorti verrouillé"

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
Le train assemblé en position "rentré verrouillé"

(bientôt ici, une animation du montage virtuel)


LE MONTAGE

Les photos parlent d'elles-mêmes : le train est encastré dans le couple arrière et bridé sur le couple avant. Avantage du procédé : il suffit de dévisser les quatre vis de la bride pour sortir le train et le servo qui le commande, pour une maintenance éventuelle.

A l'étude, une coque thermoformée enveloppant le train pour éviter les projections à l'intérieur du fuselage.

Egalement à l'étude, des variantes de ce train d'atterrissage pour des roues et des planeurs de tailles différentes.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
Modélisation des couples de maintien du train

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
Le train bridé sur les couples

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
Le fuselage du pégase

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
Les couples de maintien du train

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
Le train en position "rentrée verrouillé"

Cliquez sur l'image pour l'agrandir...
Le train en position "sorti verrouillé"

  TRAIN RENTRANT POUR PLANEUR RETOUR ACCUEIL